Nos Amis Décédés

Jean Michel Pinet

Hommage à toi, jean Michel !

Tu as toujours été là depuis le début, toi le poète l’artiste breton loin de nous et pourtant si proche.
Encore une belle rencontre virtuelle, tu nous as fait des textes, tu partageais nos liens, et souvent, tu nous as fait connaitre à tes amis ou contacts.
C’est très important et un partage ! ça ne nous coûte rien, tu nous aidais quand tu le pouvais. tu n’étais pas riche comme la plupart d’entre nous mais tu avais de belles valeurs, accepter les gens comme ils sont sans les juger, ton humanité, ta solidarité, ton honnêteté, ton intégrité et ton respect.
Tu nous manques beaucoup, tu es parti un jour au paradis des musiciens amiral comme t’appelaient tous tes amis.

André

Notre premier contact sur FB, ensuite une descente à Périgueux……… grâce à toi nous avons obtenu pas mal de choses pour pouvoir continuer.

Tu nous a rendu visite en Juillet, tu nous a amené un congélateur et des vivres. Toujours présent quand on avait besoin de toi.

Puis en Juillet dernier tu m’as appelé pour que je vienne chercher du matériel, malheureusement je n’ai pu venir …

Et en Novembre, un message à ton image, c’est-à-dire plein d’humour, nous prévenant que tu avais rejoint les anges …

Marina Grande Dame,

Grâce à elle nous avons pu lancer notre association. Nous en Auvergne, l’autre à Paris, grâce à Facebook, nous avons pu nous rencontrer.

Je te revois la première fois où je t’ai rendu visite, je connaissais ta voix mais pas ton visage, mais je t’ai vite repéré, une cuillère à la main tu te déhanchais sur une musique orientale, en passant autour des bénévoles qui confectionnaient le repas de la maraude du soir.

Tu m’accueillis comme si nous étions de vieilles amies, tout le monde était au courant de la venue des Auvergnats, nous avons discuté, et tu as décidé que l’heure était venue de remplir la voiture.

Tu avais pris soin de boucher tous les coins et recoins de la voiture, nous avons même du te stopper, car tu oubliais souvent que nous avions 500km à faire pour le retour et que mon Scénic n’avait pas des suspensions à toutes épreuves…

Nous n’avons pas toujours été d’accord, nous étions même fâchées. Mais saches que si tu me vois de la haut, malgré nos différences, je n’oublierai jamais que si les Naufragés ont pus manger c’est grâce à ta générosité, et si je ne te comprenais pas toujours, j’étais admirative, de la tenue de tes maraudes, même si les bénévoles t’avaient attendus un long moment au garage… Promettant toujours que la prochaine fois tu serais à l’heure…

Tu resteras dans nos cœurs…